Bilan de l’année 2016

2017-voeuxUn billet un peu personnel : le bilan de cette année. Il m’arrive des choses trop belles pour ne pas les partager !

L’année 2016  a été une année spéciale pour moi d’un point de vue professionnel et, en conséquence, personnel.

Après 5 ans de loyaux services comme médiatrice scientifique fonctionnaire pour une mairie de la banlieue parisienne, dans des cités et et des quartiers qui m’ont vraiment mise à l’épreuve mais m’ont tant donné d’un point de vue humain, j’ai décidé de tourner la page, en quittant la fonction publique et en démarrant une carrière comme indépendante. En avril j’ai ouvert une micro-entreprise pour continuer à travailler dans le champs de la culture scientifique, en développant davantage des aspect différents de mon métier de vulgarisatrice : la communication scientifique, le journalisme et la formation.

Voici mon site professionnel (encore un peu en construction…):  www.ludmilla.science/annalisaplaitano/

J’ai fait un saut dans le vide et je suis contente d’avoir eu le courage de le faire, même si je n’aurais pas pu sans le soutien des personnes qui m’aiment. Je les remercie avec tout mon cœur de croire en moi !

Je pensais que j’aurais dû attendre beaucoup de temps avant que mon entreprise ne commence à fonctionner, mais en fait très vite des choses fantastiques ont commencé à m’arriver.

Journalisme

J’ai fait partie des journalistes du premier journal papier italien de vulgarisation des mathématiques pour tout public, la revue MATE, une aventure éditoriale très ambitieuse et courageuse qui malheureusement s’est terminée après presque un an de vie, mais qui a laissé une trace dans le monde de la vulgarisation et du journalisme scientifique italien.

mate
Un de mes articles dans la revue MATE

Cette année j’ai continué à écrire pour Sciences et Avenir et en décembre j’ai commencé à collaborer avec le journal de vulgarisation des maths pour jeunes Cosinus (mon premier article sortira dans le numéro de janvier, tout le monde au kiosque !).

cosinus
Un exemplaire du journal Cosinus

En Italie j’ai eu la chance de travailler dans un projet d’océanographie historique comme journaliste officielle, à bord d’un prestigieux voilier du 1931 pour l’Institut National de Géophysique et Volcanologie italien (INGV).

vespucci dans le port
Amerigo Vespucci, le voilier de la Marine Militaire italienne dans lequel j’ai travaillé

Suite à cette participation, j’ai commencé à écrire sur Scienza per tutti, le site de vulgarisation de l’Institut National de Physique Nucléaire italien (INFN).

bio-infn

Ce n’est pas du journalisme mais de l’écriture : j’ai signé un contrat avec les Editions Belin pour un livre collectif qui sortira au printemps 2017 !

contrat-editions belin

Formation

Après être intervenue dans l’Unité d’Enseignement Culture Biologique Numérique de la licence Science du Vivant de l’Université Denis Diderot et avoir été jury d’autres formations similairesj’ai formé des doctorants de l’Université Paris Ouest Nanterre à la vulgarisation scientifique.

formation

D’autres belles choses…

Paris offre beaucoup de possibilités de se former et rencontrer les acteurs de la culture scientifique. Je n’ai pas perdu l’occasion de participer à la Journée Sciences et Médias autour des outils médiatiques pour parler de sciences aux jeunes, organisées par six sociétés savantes scientifiques et à la journée de formation L’art de la rencontre, chercheurs-médiateurs organisée par l’Office de Coopération et d’Information Muséales (OCIM). J’étais aussi présente au Festival de culture mathématique Mathoxynum, organisé par l’Institut Henri Poincaré, dans lequel j’ai connu le mathématicien (médaille Fields) Cédric Villani et pris un cours de dessin avec l’auteur BD Benoit Jacques.

cedric-villani-mathoxynum
Cédric Villani et moi

En ce qui concerne les formations enligne, j’ai suivi le Mooc Les médiations scientifiques et culturelles à l’ère des réseaux sociaux, organisé par le consortium Inmédiats, qui m’a beaucoup appris, entre autre à fabriquer des fakes comme celui-ci :

stephen-j-gould

Cela a été également un plaisir de pouvoir visiter en avant-première la future salle pédagogique de la collection de zoologie de l’Université Pierre et Marie Curie lors de l’Inauguration du Campus Jussieu, et de livetwitter (hashtag #museologie ou mon compte twitter) le Colloque sur la muséologie scientifique à l’occasion des 30 ans de la Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris. En outre j’ai découvert le théâtre de la Reine Blanche et sa belle programmation « scientifique » (moi j’ai vu le spectacle Fission) et j’ai fait un passage au Salon des Jeux Mathématiques. On peut vraiment s’amuser avec la culture scientifique… et je n’ai même pas cité toutes les belles expos scientifiques que j’ai vues à Paris ou ailleurs!

J’ai aussi trouvé le temps de militer pour une cause qui me tient à cœur, la place des femmes dans les sciences, en participant à la journée parité en mathématiques à l’Institut Henri Poincaré et à l’l’Ada Week, le 1er forum dédié à la place des femmes dans les STEM (science technology engineering and mathematics). J’ai aussi renouvelé mon adhésion à l’Association Femmes et Sciences.

Sinon, sans rapport avec la culture scientifique, cette année j’ai pu connaître personnellement un auteur BD italien que j’apprécie beaucoup, Zero Calcare, lors d’une séance de dédicace à Paris, à l’occasion de la sortie de la version française de son livre Kobane Calling.

zero-calcare et ludmilla dans une librairie
Zero Calcare et moi
dessin de zero calcare
Voici ma dédicace

Et encore des choses sympa : cette année la communauté de vulgarisateurs scientifiques sur le web, le Café des sciences,  a fêté ses 10 ans. Je suis honorée de faire partie de cette association de gens talentueux. À l’intérieur de cette grosse communauté des échanges et des rencontres très riches m’ont amenée à devenir partie de l’équipe du site de sciences pour enfants Kidi’science et du webzine Cephalus du Collectif Conscience.

Enfin depuis 2016 je suis modératrice, avec la zoologiste et écrivain italienne Lisa Signorile, du groupe Facebook Giornalismo ascientifico (journalisme anti-scientifique) qui se bat contre la distorsion des news scientifiques par les journaux généralistes peu scrupuleux.

Remerciements

Je remercie toi, internaute, qui me lit et me suit ici ou sur les réseaux sociaux, mes amis pour avoir parfois relu, corrigé mes billets et les avoir rendus « plus français » et Mirko con la K, pour avoir dessiné le nouveau logo de Ludmilla (dessin en haut) !

Bonne année 2017 à tous !

 

6 réflexions sur “ Bilan de l’année 2016 ”

  1. Bravo AnnaLisa !!! Je suis impressionnée par tout ce que tu as fait cette année et surtout pour le grand saut que tu viens de faire. Ravie que ton entreprise fonctionne aussi bien.
    Alors longue vie à Ludmilla !
    Bises
    Julie

  2. Quelle expérience variée et intéressante ! J’aimerais être à ta place pour faire passer avec un tel enthousiasme toute tes découvertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *