Rencontre tes microbes

micropia

Micropia n’est pas un film de science-fiction décrivant une nouvelle planète dominée par des monstres microscopiques. C’est le nom du premier zoo pour micro-organismes inauguré fin 2014 à Amsterdam. Son slogan dit « Rencontre tes microbes ». Moi, j’ai rencontré les miens.

L’ouverture de Micropia m’avait été signalée par un lecteur du blog (merci Marcos), mais seulement maintenant je trouve le temps pour en parler. La nouvelle m’avait bien surprise à l’époque. Un zoo pour microbes, trop bien ! Je suis allée, alors, fouiller dans le site de Micropia et je n’ai pas été déçue. Belles photos, explications claires, histoire de la microbiologie, actualités scientifiques et bien d’autres.

L’idée géniale a été de montrer l’invisible, c’est à dire ces êtres vivants qui occupent massivement la planète et abondamment notre corps, mais qui ne se voient pas à l’œil nu.

Quand on pense aux microbes, on pense aux bactéries, aux virus et parfois aux champignons microscopiques comme les levures. Si par microbes on entend les organismes mesurant moins de 0,1 mm, on voit bien qu’il y en a qui manquent à l’appel : par exemple les algues unicellulaires, les protozoaires, les amibes et aussi le plancton.

Voilà quelques exemples de ce qu’on peut trouver à Micropia.

 Champignons microscopiques
champignon microscopique Pilobolus
Pilobolus is een schimmelgeslacht dat op poep van planteneters leeft. Om zich voort te planten, schieten ze hun sporen weg. Foto Micropia, Wim van Egmond2

Pilobolus est un champignons mesurant entre 100 et 400 micromètres (entre 1 et 4 dixièmes de millimètre). Il vit dans les excréments des herbivores. Pour se reproduire il se gonfle d’eau jusqu’à exploser pour projeter autour de lui ses spores, à une vitesse qui dépasse celle d’un projectile de pistolet.


Microalgues unicellulaires

Les diatomées sont aussi des êtres vivants étonnants. Ces micro-algues unicellulaires représentent un maillon fondamental des écosystèmes aquatiques. Elles produisent de l’oxygène et constituent la nourriture pour les animaux marins. La particularité des diatomées est qu’elle sont protégées par une coque composé de silice, une substance similaire au verre. Suite à la mort des algues, les coques se déposent au fond de la mer et forment la diatomite, une roche sédimentaire aux milles usages, entre autre la production de dynamite.

diatomee (Triceratium sp.)
Kiezelwieren (Triceratium sp.) zijn een van de belangrijkste zuurstofproducenten op aarde. Foto Micropia, Wim van Egmond2
Parasites et symbiotes de l’être humain 

Enfin venons-en aux micro-organismes qui colonisent notre corps. Normalement ils ne sont pas visibles, mais si on les cultive d’une façon appropriée (culture bactérienne) ils sont à l’origine de jolies colonies macroscopiques très colorées. Ces colonies sont montrées dans le musée en question.

Pour les plus sensibles et maniaques de la propreté : ne continuez pas la lecture !

Peut-être, demande-t-on dans le site de Micropia, que vous pensiez d’être seuls ? Bien au contraire, vous vivez en symbiose avec une quantité inimaginable de microbes de différents types. Vous vous baladez chaque jour avec 1,5 kg de micro-organismes nichés dans votre bouche, votre nez, vos oreilles, votre intestin et vos parties génitales… Vous avez (nous avons) plus de micro-organismes que de cellules dans notre corps.

Pas de panique ! Ils sont nos alliés, ils ne représentent pas de danger pour nous (sauf certains qui devraient pas être là…). En effet nous ne pourrions plus vivre sans eux. Ces « hôtes » nous fournissent un superbe mécanisme de défense contre d’autres microbes nocifs avec lesquels ils entrent en compétition. De plus, ils participent à tellement de fonctions de notre corps, comme digérer ou produire des vitamines, qu’ils sont parfois comparés à un organe optionnel.

Cette vision est assez récente. Jusqu’aux années 90 les microbes étaient étudié seulement comme pathogènes.

Je vous invite à visionner cette vidéo de présentation de Micropia. Elle s’appelle « Meet your microbes ». Assez inquiétante, mais tellement amusante !

Mes microbes et les vôtres : comment faire une culture de bactéries à la maison

Si vous ne pouvez pas aller à Amsterdam, et encore moins y amener un groupe de jeunes, vous avez peut-être tout de même une  loupe ou un microscope. Vous pouvez alors regarder un citron moisi. La moisissure, c’est très intéressant à voir, on dirait une forêt !

Ou alors, encore mieux, je vous donne une méthode pour voir les microbes présents dans votre bouche, oreille ou nez. Voilà comment.

Faites un bouillon avec un dé de bouillon et de l’eau bouillante. Laissez-le refroidir. Gélifiez-le avec de l’agar-agar ou de la gélatine, en suivant les instructions du sachet. Avant qu’il ne se solidifie, versez-le dans une boîte de Pétri ou dans un bouchon de pot de confiture (c’est mieux si le récipient peut être refermé).

Maintenant trempez un coton tige dans votre nez (oui vous avez bien lu) et puis utilisez-le pour toucher à plusieurs endroit le bouillon de culture. Vous pouvez aussi faire de même avec votre bouche ou votre oreille. Après quelques jours vous verrez se développer une ou plusieurs colonies microbiennes.

Avertissement : c’est assez impressionnant de voir ce qui se développe à partir de ses propres muqueuses… à la fin de l’expérience vous allez vous sentir libéré en jetant le tout à la  poubelle !

culture de bacteries
Cultures de bactéries provenant de ma bouche, de mon nez et de mes oreilles…est-ce que vous voulez encore me fréquenter ? 😉

coltura batterica piastra di petri

P.S. J’aurais pu faire l’expérience témoin. Le témoin est un échantillon dans lequel la substance à analyser n’est pas présente et sert comme comparaison. Dans mon cas, j’aurais pu vérifier si les colonies se seraient développées même sans l’intervention de mes microbes. Autrement dit : si je mets du bouillon ou de la gélatine dehors du frigo pour plusieurs jours, des colonies se développent, mais quelles différences avec les miennes ?

Je profite de l’occasion pour remercier mon compagnon de la patience…il n’a pas aimé voir mes productions dans notre salon 🙂

Si, comme moi, vous aimez connaître d’autres êtres vivants que les lions dans la savanne qu’on nous propose si souvent dans les documentaires nature, vous pouvez lire mon article Dire stop au vertébrocentrisme.

Pour en savoir plus 

Site de Micropia

Pour voir des belles photos du petit monde des microbes et un arbre « généalogique » qui montre les relations entre les micro-organismes et nous, je vous conseille un article récent du blog Le Saule Causeur, en attendant les vidéos d’observation microscopique de Pierre Kerner du blog Strange stuff and funky things

Et aussi un autre article sympa sur des bactéries qui dégradent le plastique des bouteilles sur le blog Le monde et nous

Une réflexion au sujet de « Rencontre tes microbes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *